•    

    Petite brève de Hélène Merveilleux
     
     
    "Les maisons en bois"
      

     

    Heureusement que l’habitat écologique  et donc la construction responsable, saine et durable,  inonde aujourd’hui  le marché du bâtiment  en France sous  l’insistance des nouvelles normes Européennes et  que la  vague « verte » anime enfin les consciences  de chacun sinon seuls nos amis Canadiens, Suédois, Danois et autres contrées du Nord garderaient pour eux ces maisons en bois  pleinement intégrées dans l’environnement  et  tellement agréables à vivre. Les Maisons en bois sont légion aujourd’hui, le bois devient parement  ou sert de matériel de construction, il s’associe au métal, au verre, à la pierre ou au bêton. Si l’on suit une démarche écologique et responsable  chez nous on utilise le bois de nos Mélèzes pour éviter de faire venir  des bois exotiques qui déforestent les forêts tropicales comme chacun sait. Construire une maison en bois, c’est comme un jeu de construction de Lego  car  le bois se manie aisément. Seul le soucis du vieillissement du bois pose encore problème à nos concitoyens pas encore très habitués à utiliser un matériaux vivant qui  a longtemps freiné l’enthousiasme des promoteurs frileux de livrer une belle maison en bois dont la couleur va virer au gris quelques temps après…Mais, évidemment le bois est un matériaux vivant, alors comme nous,  il va vieillir et comme nous, « griser » un peu ! Mais là aussi, on trouve petit à petit des solutions pour ralentir ce vieillissement  en rétifiant le bois par exemple , on va le dégriser et bien sur traiter le bois contre les attaques, les intempéries etc. avant la pose. Et puis, le bêton aussi ça vieilli mal, il suffit de regarder les façades de nombreux immeubles construits dans les années 80/90 noircies par la saleté et l’humidité…

    "Au détour d’un chemin, j’aperçois  une belle « cabane » en bois  totalement intégrée dans l’environnement et  entièrement ouverte  sur la nature qui l’entoure, alors je me dis que je devrais  changer de vie et tout quitter pour à mon tour  venir contempler cette  nature qui nous enivre et connaître enfin une vie calme et contemplative pleine de petits plaisirs simples…Sans oublier 3 gros chiens et 4 alarmes pour éviter les soirées solitaires en pleine campagne et une imagination galopante !"


     

        

     

      

        

    Maisons ci-dessus réalisées par :

    G.Le Grelle & B.Cognac

    contact:http://7-29.fr/fichiers/contact.html

      <v:shapetype coordsize="21600,21600" filled="f" id="_x0000_t75" o:preferrelative="t" o:spt="75" path="m@4@5l@4@11@9@11@9@5xe" stroked="f">         

     

     

    </v:shapetype>

    votre commentaire

  • Petite brève de Hélène Merveilleux

    "Le Café La Pêche" 

    La découverte underground de Versailles et de son café "La Pêche"


    Quand on aime l’art de vivre on se dit que tout doit être  prétexte à se faire plaisir…Un beau matin du mois de Mai, je me ballade dans les rue de Versailles du côté du quartier Saint Louis en quête d’un café sympa. Versailles… la belle endormie…le 17è siècle a frappé, Louis XIV s’y est installé, les Bourgeois aussi et depuis…le souffle de la modernité et de l’audace s’est envolé. Attention, tout projet de changement pourrait bien faire gronder  à nouveau la Révolution mais cette fois-ci les acteurs ne seraient plus les mêmes ! Et pourtant, quels trésors possède cette ville avec son Château et son passé. Alors voilà, mon œil cherche, observe et repère un petit café boutique, le café la pêche, tout près de la cathédrale, j’hésite, est-ce bien un café ou est-ce un magasin d’articles de pêche ? Non, il y a un menu affiché dehors alors allons-y ! Virginie, la jeune patronne, charmante et pleine de passion pour m’expliquer comment elle et son mari Isaac ont atterri ici. Ce café/boutique d’articles de pêche existe depuis 30 ans, ils viennent de reprendre l’affaire et petit à petit redonnent une âme à cet endroit que tous les passionnés de pêche des alentours connaissent car ici on prend son permis de pêche, ici on s’équipe en matériel en tout genre (cannes, moulinets, besace…)  et ici on boit un très bon café ! On y croise ouvriers en bâtiment, habitants de quartier, amateurs de pêche venus prendre des conseils, bref ici  on vient de loin ! Ils ont croisés Emmanuel Chain, Gérard Klein, un fourreur amateur de Porche et de pêche, bref la pêche c’est universel, populaire et même féminin ! Car les écrevisses, les femmes en raffolent, dans l’épuisette et au court bouillon. Finie l’époque des doigts écorchés vifs pour les attraper sous l’caillou…et puis quel endroit magique pour téter l’ gardon, titiller le brochet, chopper les écrevisses, tout se passe à  la pièce d’eau des Suisses sous le regard du Roi Soleil….Bientôt vous pourrez venir au Café « La Pêche » déguster une planche de fromages et un verre de bon vin en provenance directe du producteur et repartir ainsi rassasié pour la journée.

    Le sport s’agrémente toujours très bien de ces petites haltes culinaires et de ces endroits où l’on échange avec joie et avec tous, les moments phare de sa journée de pêche…

    Et puis, aller, Versailles, réveilles-toi, il faut vivre tous les plaisirs, ceux  de ton Roi et ceux de ton siècle.

     

    Et puis, aller, Versailles, réveilles-toi, il faut vivre tous les plaisirs, ceux  de ton Roi et ceux de ton siècle.

    Infos pratiques :

    «Café  La Pêche »

    Café et vente d’articles de pêche

    Adresse: 6 rue du Général Leclerc

    78000 Versailles

    Jours d'ouverture :
    du Lundi au Samedi

    Téléphone: 01.39.50.33.33


  • Petite brève de Hélène Merveilleux

    "Le Marché d'Alain Ducasse"

       

    <o:p> </o:p>

     Depuis quelques heures dans ma Kango, traversant Paris pour aller voir l’exposition Munch à la Pinacothèque, radio allumée à fond, j’entends un journaliste parler du marché d'Alain Ducasse, l'exposition des petits producteurs organisé par des jeunes sous son patronage  au Plazza Athénée. Ni une ni deux, je change de route et me voilà garée à l’Alma, très enthousiaste de découvrir à quoi ressemble ce marché d'Alain Ducasse...Quelle ne fut pas ma surprise puis ma déception de voir une foule de jeunes femmes faisant la queue devant le Plazza ! Voilà, encore un évènement inatteignable pour le vulgum pecus, la barbe…Mais plus je m’approchais de l’entrée plus je trouvais ces aficionada des plaisirs culinaires étrangement jeunes et exclusivement féminines. Je hèle alors le portier du Plazza et après avoir rigolé un bon coup il me dit que pas du tout ces jeunes ados sont là pour un groupe  hyper connu dont j’ai déjà oublié le nom , me voilà rassurée et j’entre au Plazza pour aller voir ce que Ducasse avait mijoté…A l’intérieur de la courre, très belle au demeurant, une dizaine de stand répartis ça et là présentent avec leur producteurs les produits qui sont leur spécialité, on y retrouve la fromagerie Beillévaire, dont le beurre est un sommet, oubliés tous les gâteaux et autres sucreries, vive la tartine beurrée au beurre Beillévaire ! un producteur de sel de Guérande Le Mulon de Pen Bron, bien de chez nous…,un maraîcher dont les mini artichauts  attirent immanquablement l’œil gourmand, un ostréiculteur, un producteur de cochon, oie et autres viandes élégamment jetées sur un bord d’une table ou pas un brin de sang ne vient tacher cette présentation tout à fait esthétique et recherchée. Il faut bien le dire, tout ces produits sont très tentants et surement délicieux, il manquait juste un peu d’authenticité et de réalité autant sur le look des produits présentés, que pour le public d’invités agglutiné comme des sardines autour des stands de peur de rater quelque  radis bien propres ou fromage bien fait !Allons, mesdames, messieurs les fermiers, les éleveurs, les maraichers, vous avez un savoir faire ancestral et vous savez combler nos papilles, mais surtout ne vous adaptez pas trop aux caprices des gens de la ville, qui ne savent pas eux que les carottes poussent dans le sable, que la viande baigne dans du sang, que le beurre c’est du bon gras, que le poisson et le fromage ça sent un peu !

    Fromagerie « Beillevaire »                             « La Tête dans les Olives »<o:p></o:p>

    La Seiglerie                                                    2 rue Sainte Marthe<o:p></o:p>

    BP 75                                                             75010 PARIS<o:p></o:p>

    44270 MACHECOUL                                        09 51 31 33 34<o:p></o:p>

    02 40 02 33 98                                               www.latetedanslesolives.com<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Le Mulon de Pen Bron<o:p></o:p>

    Sel de Guérande<o:p></o:p>

    18 rue des Pradeleaux<o:p></o:p>

    44350 GUERANDE<o:p></o:p>

    02 40 15 64 28

    <o:p> </o:p>

    Hôtel Plaza Athénée Paris

    25 Avenue Montaigne
    75008 Paris
    01 53 67 66 02

  •  

     

     Petite brève de Hélène Merveilleux

    "La Villa Savoye"

     
     A la suite de la  visite de la Maison "La Roche-Jeanneret" à Paris, me voilà très motivée pour poursuivre l'exploration des oeuvres de notre star moderniste: Le Corbusier, jusqu'à Poissy.

    « La Villa Savoye »

    Le cadre est « surprising ». Je pense que les commanditaires de la villa Savoye  avaient fait un choix radical en construisant  une maison très osée pour l’époque par son  style architectural mais aussi  en choisissant la campagne. Aujourd’hui en guise de campagne, les visiteurs et les bandes  cagoulées se croisent  sur les parkings au pied des immeubles et  de  quelques voitures carbonisées. Une fois le portillon franchi,la maison des gardiens annonce la couleur ,la villa surgit au beau milieu d'un parc qui nous enveloppe  et nous rassure , elle est magnifique..Une partie soutenue par des piliers, un arrondi au rez de chaussé avec de grandes baies vitrées,et dès que l'on pénètre à l'intérieur, commence la découverte d'un vrai labyrinthe que nos enfants vont se faire un plaisir de parcourir en hurlant au grand dame de la responsable des lieux.Les enfants sont peu attendus dans ces endroits là,pourtant quelle joie pour eux de courir d’un étage à l’autre, d’un couloir à l’autre, d’une terrasse à l’autre.... Ils ne vivent pas dans de tels univers au quotidien et là, messieurs les promoteurs, il y a un message ! I have a dream…Si vous pouviez encourager les créations  des architectes plus que vos marges… ou tout du moins trouver un équilibre entre les 2 et proposer des logements sociaux…audacieux, astucieux, beaux, avec du rythme, dont les espaces ne se ressemblent pas mais s’assemblent harmonieusement, oubliée l’uniformité  des matériaux, des styles, mais fissa sur l’audace pour pas cher, alors là je vous dirai bravo continuez, c’est ça l’habitat de demain.Le Corbusier, Mallet Stevens, l’avaient bien compris, l’art de vivre tant prôné et espéré aujourd’hui, eux ils en avaient l’exigence. Dans leurs immeubles ou leurs maisons, vous n’avez pas le sentiment d’habiter dans une boîte à camembert, vous pouvez voir le jour en permanence d’une pièce à une autre, votre voisin vit dans un espace tout à fait différent du vôtre, les matériaux sont solides et rassurants, l’harmonie des façades vous rend fière d’habiter là !

    A bon entendeur salut.

    "L'Architecture est le jeux savant, correct et magnifique des volumes assemblés sous la lumière"

    Le Corbusier


  •  


    Petite brève de Hélène Merveilleux

     

     

     "Le Café Pleyel"

    Un lieu,une personnalité,une âme

     Il est 10h30 et j’arrive devant la salle Pleyel ; toutes les lourdes grilles de fer sont tirées, j’ai oublié mon portable…Je lève le nez et j’aperçois un jeune homme accroché à la façade, c’est ma chance…« s’il vous plait, comment j’ peux faire pour entrer, j’ai rendez vous avec Hélène Samuel »,très gentiment  il descend pour m’ouvrir, et là  j’éprouve la sensation très agréable de pénétrer les lieux en VIP, les halls sont vides et majestueux. Comme c’est beau !

    J’arrive au 2è étage  au Café Pleyel et je prends le temps d’admirer cette salle magnifique qu’est le foyer  dont une majeure partie de l’espace est dédié au restaurant et à son bar et où de très belles  gravures sur plâtre qui sont accrochées aux murs, me  rappellent les dessins très anguleux des années 30 et les techniques Indiennes de gravure sur pierre. Une enfilade de baies vitrées sur la rue Saint  Honoré,  une  rotonde au centre du foyer et de nombreux piliers majestueux, l’endroit est captivant…Après ces courts instants volés, je me décide à demander Hélène  Samuel, celle qui a su redonner vie à ce  foyer de salle de concert, grâce à ce qui après tout est presque le plus important dans notre vie, après l’Amour et la Santé… j’ai nommé : la « bouffe » !

    Hélène, jeune femme rencontrée par la connexion rapide d’une grande dame des bureaux de conseil en direction artistique, qui a, lors de notre entrevue, perçu très rapidement que Hélène et Hélène avaient un point commun parmi d’autres : le bon et le beau et une passion pour l’Inde. Nous nous étions déjà rencontrées une 1ère fois au café de Flore où elle me donna rendez-vous à 7h30… le ton était donné…Ceux qui vous donne ce genre de rendez-vous à une heure où nous sommes tous en train d’émerger de nos couettes font partie de cette espèce rare d’hommes et de femmes à qui la journée appartient vraiment ! Cette fois-ci je retrouve Hélène dans son entre du café Pleyel, et la voilà passionnée pour m’expliquer le pourquoi et le comment de son restaurant. Sciences Po, RP et évènementiel, un stage de pâtisserie chez Fauchon dirigé par Pierre Hermé et là, sa vie à basculé….Très vite Hélène travaille avec Alain Ducasse à Monaco puis entre Monaco et Paris, ensuite elle fonde « Spoonfool » un bureau de concept audit des marques dans la restauration et l’hôtellerie. Le Bon Marché la repère et lui demande de créer le Délicabar  qu’elle va gérer jusqu’en 2008.C’est alors qu’est lancé un appel d’offre pour la concession des lieux de restaurations de la salle Pleyel, Hélène se lance dans l’aventure…

     Le challenge : redonner vie à un bar et à un restaurant dans un lieu mythique. Le bâtiment a connu plusieurs vies dont cette dernière rénovation. Le défi est relevé et très réussi, on y découvre des salles dans  la plus pure tradition et l’élégance des années Art déco et l’on oublie vite le côté désuet et abandonné que j’ai longtemps connu en y allant en compagnie de ma grand mère…La salle du foyer  Pleyel qui est en fait le lieu des agapes, est superbe. Tout est ouvert, la décoration des lieux est restée très pure, l’esprit des années 30 est bel et bien là avec une touche de modernité qui redonne vie à cet endroit. Tous les murs et les colonnes sont blancs immaculés, tandis que de splendides rideaux de velours rouge carmin se posent devant nos yeux et nous appellent à la convivialité des lieux. Le style du mobilier est simple, moderne et pur, l’éclairage est fait de légers néons design qui  s’entrechoquent, les gravures sur les murs donnent le ton, une fois assis on se sent bien, on admire les lieux et puis on espère enfin passer aux choses sérieuses ! Que nous propose  le chef des lieux ? Car ici le chef change à chaquesaison, comme une programmation musicale… A Pleyel, les salles de concert sont « comme une coque vide qui se remplitchaque soir d’artistes différents », alors l’idée d’Hélène c’est aussi d’apporter la différence des savoirs -faire de ses chefs cuisinier. La surprise est aux rendez vous et nos papilles se délectent en goutant quelques essais culinaires originaux et délicieux qui vous invitent à découvrir une gastronomie simple, des produits frais et de qualité. Ce restaurant est un  lieu convivial grâce à ses produits, à sa carte sans cesse renouvelée mais aussi  et avant tout grâce à ses acteurs, Hélène et toute son équipe, en salle, en cuisine, dans les bureaux  offrent de beaux moments de joie et de plaisirs culinaires. Plein de petites idées sorties de son chapeau, comme répondre à tout moment aux envies gastronomiques des habitants, ceux d’un soir, ceux d’un matin, ceux d’un déjeuner, ceux qui vivent dans les loges, ceux qui y travaillent, elle met en place plusieurs formules dont le « loge service » ou le « pic’chic d’entracte ». L’envie profonde c’est de faire plaisir à tous, de créer petit à petit l’âme culinaire de  Pleyel, que ce soit un lieu d’échanges entre Musique et Gastronomie. Un de ses rêves… Faire travailler un jour Daniel Barenboïm dans ses cuisines afin d’orchestrer le balai des cuillères et la musique des couteaux pour une « Symphonie Fantastique » en salle !

    Le Café Salle Pleyel © Nicolas Borel

    Le Café Salle Pleyel

    252 rue du Faubourg Saint-Honoré 75008 Paris

    Le Café Salle Pleyelest ouvert à tous au déjeuner, du lundi au vendredi. Il reçoit chaque année un chef-invité en cuisine.

    Tél : 01 53 75 28 44ou reservation@cafesallepleyel.com

    Site:www.cafesallepleyel.com
    Ternes ou Étoile | Hoche ou Étoile | Accéder à la salle