•    

    Petite brève de Hélène Merveilleux
     
     
    "Les maisons en bois"
      

     

    Heureusement que l’habitat écologique  et donc la construction responsable, saine et durable,  inonde aujourd’hui  le marché du bâtiment  en France sous  l’insistance des nouvelles normes Européennes et  que la  vague « verte » anime enfin les consciences  de chacun sinon seuls nos amis Canadiens, Suédois, Danois et autres contrées du Nord garderaient pour eux ces maisons en bois  pleinement intégrées dans l’environnement  et  tellement agréables à vivre. Les Maisons en bois sont légion aujourd’hui, le bois devient parement  ou sert de matériel de construction, il s’associe au métal, au verre, à la pierre ou au bêton. Si l’on suit une démarche écologique et responsable  chez nous on utilise le bois de nos Mélèzes pour éviter de faire venir  des bois exotiques qui déforestent les forêts tropicales comme chacun sait. Construire une maison en bois, c’est comme un jeu de construction de Lego  car  le bois se manie aisément. Seul le soucis du vieillissement du bois pose encore problème à nos concitoyens pas encore très habitués à utiliser un matériaux vivant qui  a longtemps freiné l’enthousiasme des promoteurs frileux de livrer une belle maison en bois dont la couleur va virer au gris quelques temps après…Mais, évidemment le bois est un matériaux vivant, alors comme nous,  il va vieillir et comme nous, « griser » un peu ! Mais là aussi, on trouve petit à petit des solutions pour ralentir ce vieillissement  en rétifiant le bois par exemple , on va le dégriser et bien sur traiter le bois contre les attaques, les intempéries etc. avant la pose. Et puis, le bêton aussi ça vieilli mal, il suffit de regarder les façades de nombreux immeubles construits dans les années 80/90 noircies par la saleté et l’humidité…

    "Au détour d’un chemin, j’aperçois  une belle « cabane » en bois  totalement intégrée dans l’environnement et  entièrement ouverte  sur la nature qui l’entoure, alors je me dis que je devrais  changer de vie et tout quitter pour à mon tour  venir contempler cette  nature qui nous enivre et connaître enfin une vie calme et contemplative pleine de petits plaisirs simples…Sans oublier 3 gros chiens et 4 alarmes pour éviter les soirées solitaires en pleine campagne et une imagination galopante !"


     

        

     

      

        

    Maisons ci-dessus réalisées par :

    G.Le Grelle & B.Cognac

    contact:http://7-29.fr/fichiers/contact.html

      <v:shapetype coordsize="21600,21600" filled="f" id="_x0000_t75" o:preferrelative="t" o:spt="75" path="m@4@5l@4@11@9@11@9@5xe" stroked="f">         

     

     

    </v:shapetype>

    votre commentaire
  •  

     

     Petite brève de Hélène Merveilleux

    "La Villa Savoye"

     
     A la suite de la  visite de la Maison "La Roche-Jeanneret" à Paris, me voilà très motivée pour poursuivre l'exploration des oeuvres de notre star moderniste: Le Corbusier, jusqu'à Poissy.

    « La Villa Savoye »

    Le cadre est « surprising ». Je pense que les commanditaires de la villa Savoye  avaient fait un choix radical en construisant  une maison très osée pour l’époque par son  style architectural mais aussi  en choisissant la campagne. Aujourd’hui en guise de campagne, les visiteurs et les bandes  cagoulées se croisent  sur les parkings au pied des immeubles et  de  quelques voitures carbonisées. Une fois le portillon franchi,la maison des gardiens annonce la couleur ,la villa surgit au beau milieu d'un parc qui nous enveloppe  et nous rassure , elle est magnifique..Une partie soutenue par des piliers, un arrondi au rez de chaussé avec de grandes baies vitrées,et dès que l'on pénètre à l'intérieur, commence la découverte d'un vrai labyrinthe que nos enfants vont se faire un plaisir de parcourir en hurlant au grand dame de la responsable des lieux.Les enfants sont peu attendus dans ces endroits là,pourtant quelle joie pour eux de courir d’un étage à l’autre, d’un couloir à l’autre, d’une terrasse à l’autre.... Ils ne vivent pas dans de tels univers au quotidien et là, messieurs les promoteurs, il y a un message ! I have a dream…Si vous pouviez encourager les créations  des architectes plus que vos marges… ou tout du moins trouver un équilibre entre les 2 et proposer des logements sociaux…audacieux, astucieux, beaux, avec du rythme, dont les espaces ne se ressemblent pas mais s’assemblent harmonieusement, oubliée l’uniformité  des matériaux, des styles, mais fissa sur l’audace pour pas cher, alors là je vous dirai bravo continuez, c’est ça l’habitat de demain.Le Corbusier, Mallet Stevens, l’avaient bien compris, l’art de vivre tant prôné et espéré aujourd’hui, eux ils en avaient l’exigence. Dans leurs immeubles ou leurs maisons, vous n’avez pas le sentiment d’habiter dans une boîte à camembert, vous pouvez voir le jour en permanence d’une pièce à une autre, votre voisin vit dans un espace tout à fait différent du vôtre, les matériaux sont solides et rassurants, l’harmonie des façades vous rend fière d’habiter là !

    A bon entendeur salut.

    "L'Architecture est le jeux savant, correct et magnifique des volumes assemblés sous la lumière"

    Le Corbusier


  •  

     Petite brève de Hélène Merveilleux

     

      "La Maison La Roche-Jeanneret"

      Située au fond d’une impasse chic et calme du XVIe arr., un petit coin de quartier très sélect, entourée d’hôtels particuliers qui datent de la  fin du siècle dernier, la maison « La Roche -Jeanneret», réalisée en 1923 et tout juste rénovée, avec son architecture moderne, son bêton brut et blanc et ses nombreuses armatures en fer noir,dénote radicalement dans cet environnement très sage. <o:p></o:p>Cette maison double fut étudiée pour Raoul La Roche et Albert Jeanneret, l’environnement était alors  celui d’un village, une atmosphère très différente du village d’Auteuil d’aujourd’hui, qui petit à petit va disparaitre pour laisser la place à des rues, des maisons et des immeubles, la ville de Paris s’étend…<o:p></o:p>Au fond de l’impasse, la maison  m’attire irrémédiablement  et très vite je me sens happée vers la sonnette de cet endroit mystérieux : « il faut tirer la chevillette et la bobinette cherra… ».M’apparait alors un jeune homme érudit et passionné à la barbe naissante….il m’ouvre la porte avec délicatesse et parcimonie et me  demande ce que je souhaite ? « Ben… visiter, c’est possible ? » Alors, quand il acquiesce d’un  léger mouvement de  tête, je sens que dorénavant je fais partie de l’élite. La quelle, ça, je ne le sais pas encore, mais c’est certain, j’en suis et j’y suis!<o:p></o:p>Une fois montré pattes blanches, j’ enfile de magnifiques chaussons en plastiques tendance  HP (Hôpitaux de Paris)  et me voilà harnachée pour partir à la découverte de cette maison: je déambule dans ces grands espaces, vides pour la plupart , animés par des murs de couleurs subtiles et travaillées, des ouvertures multiples vers l’ extérieur, un  Le Corbusier  qui m’ emmène dans son labyrinthe  ou mon œil et ma curiosité ne s’ennuient jamais, où l’artiste m’impose son rythme , les lignes et les courbes se côtoient en pleine harmonie, c’est un vrai moment d’extase…. Les espaces intérieurs de la maison s’ordonnent comme une promenade architecturale, un parcours sur 3 niveaux qui offre des vues vers le haut, vers le bas et horizontalement. Le Corbusier va d’ailleurs modifier son projet pour l’extérieur en remplaçant ses fenêtres percées dans les murs par de grandes surfaces de verre, c’est une rupture avec tous les stéréotypes antérieurs de la maison. Il va aborder sans préjugés le déploiement de surfaces dépourvues de fonction structurale : «  Le dedans prend ses aises et pousse le dehors qui forme des saillies diverses ».Après cette rencontre avec Le Corbusier et l’une de ses 1ères réalisation Modernistes, je rentre à « Bois-Lurette » où je me mets à rêver d’une magnifique façade toute neuve, de murs blancs immaculés  et de bêton lisse comme une  peau de Chamoix, mais notre maison attendra, ici ….point de subventions !

     
     
     

    <o:p></o:p>Infos pratiques :<o:p></o:p>

    « Maison La Roche-Jeanneret »<o:p></o:p>

    Adresse : 8-10, square du Docteur Blanche 75016 Paris <o:p></o:p>

    Heures d'ouverture :
    Lundi : 13h30 - 18h
    Mardi, Mercredi, Jeudi : 10h - 18h
    Vendredi, Samedi : 10h - 17h
    Téléphone : 01.42.88.75.72
    reservation@fondationlecorbusier.fr <o:p></o:p>

    Métro : ligne 9 (Jasmin) / lignes 9 et 10 (Michel-Ange - Auteuil) <o:p></o:p>





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique